Méthanisation : gaz à tous les étages !

Dans un petit village de la région de Guizhou, au sud-ouest de la Chine, un habitant s’approche d’une cuve enterrée de construction artisanale et y verse ses déchets de cuisine. De cette cuve sort un tuyau branché sur une plaque de gaz de fortune.

Lorsqu’on évoque la méthanisation en France, l’image de structure de type semi-industriel s’impose. Pourtant la méthanisation, utilisée depuis le 10e siècle avant notre ère, peut aussi s’installer à domicile.

De nombreux gisements

La méthanisation consiste à mettre à fermenter des déchets organiques pour produire du gaz. La fermentation est dite « anaérobie », à savoir réalisée sans oxygène. Appelé « biogaz » en sortie de digesteur, le gaz devient « biométhane » après avoir été épuré. Il a alors les mêmes qualités que le gaz naturel et peut être injecté dans le réseau. Pour l’instant, la part du biométhane ne représente que 0,1 % de la consommation de gaz domestique en France. Le chiffre est à relativiser cependant : la plupart des unités produisent du gaz non injecté sur le réseau. Dans la majorité des installations, dites de « cogénération », le gaz sert à la production d’électricité. La chaleur des installations est récupérée et utilisée pour du chauffage collectif. Si l’on connaît bien maintenant la méthanisation des lisiers agricoles, on connaît moins celle issue des décharges et des stations d’épuration. Ces dernière produisent pourtant près de la moitié des quantités de gaz produites.

Exemple d'unité de méthanisation agricole
Unité de méthanisation agricole. A droite, le pré-digesteur (broyage, chauffage), à gauche le digesteur principal. Dans le fond, le post-digesteur qui achèvera la méthanisation et récupérera le gaz restant.


Méthane et insertion

En France, le potentiel autour des déchets ménagers « fermentescibles » est colossal. À titre d’exemple, seul 5 % des déchets alimentaires sont collectés en Île-de-France. Entreprise solidaire d’utilité sociale, la société Moulinot embauche majoritairement des personnes éloignées de l’emploi. 50 employés, dont la moitié de chauffeurs, organisent la récupération de déchets organiques auprès de sociétés, de magasins ou de cantines. La majeure partie des déchets de leurs 750 clients est revendue à des sociétés partenaires pour être traitée en biométhane. Une petite partie est transformée en compost et vendue à des maraîchers.

DIY méthane !

Construction d'une unité de méthanisation artisanale en Chine
Construction d’un méthaniseur artisanal en Chine

Dans le monde, on estime à plus de 30 millions le nombre de méthaniseurs domestiques, principalement en Chine et en Inde. Le principe est le même que pour les méthaniseurs industriels, même si leur fabrication est plus sommaire.

Dans les pays occidentaux, des sociétés proposent des digesteurs pour particuliers. La quantité de déchets fermentescibles produite par un foyer pourrait produire le gaz pour la cuisson mais les chiffres sont contestés.

Micro-unité de méthanisation : l'une gonflable, en forme de tente, l'autre plus rigide, en forme de petite serre.
Deux exemples de digesteurs domestiques, produits par la société Homebiogas. Les tarifs tournent autour de 500 € l’unité.

Le résultat de la méthanisation, appelé « digestat » est utilisable comme fertilisant pour les sols. Il se substitut aux intrants chimiques utilisés en agriculture. Remplacement du gaz naturel source de gaz à effet de serre, amendement des terres agricoles, valorisation de déchets, la méthanisation permet de réduire notre empreinte écologique. De petites unités permettant de recycler les déchets organiques localement et sans transport, constituent également une piste prometteuse. Les chiffres de production annoncés par ces micro-unités ainsi que les techniques doivent désormais être validés et la législation évoluer, pour démocratiser ces installations sous nos latitudes.

Les poules gèrent les poubelles …

Les déchets de cuisine pouvant être compostés représentent 30 % du volume de nos poubelles … mais 40 à 60 % de leur poids : les épluchures contiennent de l’eau et c’est lourd ! Autant de matières à transporter, à gérer, qui généreront des pollutions tout au long de la filière : carburant pour le transport, infrastructures de gestion (centre d’incinération ou centre d’enfouissement …). Et qui coûte cher aux collectivités locales, c’est à dire à nous ! Rappelons qu’entre un tri efficace et un compost, la poubelle domestique peut être diminuée de 80 % ! Mais le compostage n’est pas l’unique solution à la gestion des produits fermentescibles : les poules ont aussi leur rôle à jouer !Lire la suite…

Vente en vrac, un mouvement de fond ?

Les plus jeunes ne connaissent pas cette époque où, à la sortie du supermarché, on remplissait une multitude de petits sacs plastiques, jetables, à usage unique, qui remplissaient une demi-poubelle au retour des courses … C’était il y a 15 ans : le remplacement des sacs de caisse gratuits par des sacs réutilisables payants … Des sacs plastiques en libre accès à la vente en vrac, zoom sur l’évolution des emballages …Lire la suite…

Déchets : mobilisation locale, réflexion globale

Gigantesque étendue de matières plastiques en mer,  le 7ème continent est régulièrement mis en avant par les médias.  80 000 tonnes de plastiques, une surface de trois fois la France, flottent dans le pacifique nord. Ce continent éclipse d’autres faits : d’autres vortex d’ordures existent, en Atlantique nord notamment. Et 296 000 tonnes flottent sur l’ensemble des océans, chiffre qui ne représente qu’une partie des déchets se retrouvant en mer : la plupart coulent. En tout, on estime que la masse de plastique présente dans les océans s’élève à sept millions de tonnes.  Alors, on agit ?Lire la suite…