Mobilité : les nouvelles formes de déplacement

Le transport routier représente 16 % des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle mondiale. Un milliard de voitures circule dans le monde, chiffre croissant de manière exponentielle notamment du fait des pays émergents. En France, les gaz à effet de serre dus aux voitures particulières ont augmenté de 17 % entre 1990 et 2004 … Si la place de la voiture particulière doit diminuer, beaucoup d’entre nous se posent la question de son remplacement … Zoom sur les nouvelles formes de mobilité.

Mobilité partagée

L’exemple phare de la mobilité partagée, c’est le covoiturage. Avec Internet, son développement a été considérable : anecdotique au début des années 2000, 30 % des Français l’ont utilisé au moins une fois en 2018. Mais en moyenne, les voitures ne contiennent que 1,7 personnes … il reste de la place ! Le covoiturage courte distance, notamment les trajets domicile-travail, a longtemps été à la traîne, mais les chiffres montrent que les choses évoluent. Les collectivités encouragent cette pratique : les aires de covoiturage se multiplient. Des voies réservées aux véhicules « à occupation multiple » sont à l’étude en île-de-France, à Toulon et à Grenoble.

D’autres solutions d’autopartage décollent :  location en libre service, auprès de particuliers …  60 % des français se déclarent prêt à envisager de ne plus posséder de voiture personnelle, preuve que l’idéal du véhicule particulier a peut-être vécu.

Mobilité originale : entre le stop et le co-voiturage
CocliquO, le système de partage auto sur Orvault. Source : 20 minutes

Localement, la commune d’Orvault a lancé une nouvelle manière de partager son véhicule. A mi-chemin du stop et du covoiturage, la commune a installé des sites, équipés de grands panneaux sur lequel l’auto-stoppeur indique sa destination par panneau aimanté. Le système, plus encadré que le stop sauvage, rassure stoppeur et conducteur.

Gyroroue, gyropode et autres engins électriques …

Une forme de mobilité originale : un mini scooter électrique, petites roues, très compact une fois plié
Entre la trottinette et le vélo électrique : le scooter électrique pliable. Crédit photo : Stigo

La star de la nouvelle mobilité est sans conteste le vélo à assistance électrique (VAE). Boostées par la prime , les ventes ont augmenté de 90 % entre 2016 et 2017 ! Une forme de mobilité plébiscitée par les utilisateurs : elle augmente les distances que l’on peut parcourir, lorsqu’on est moyennement sportif (trajet domicile-travail par exemple). Elle permet aussi à nombre de personnes ayant arrêté le vélo pour cause de forme physique de s’y remettre. Localement, la ville de Saint-Nazaire propose un service de location de VAE : le nombre de vélo blanc et bleu circulant en ville démontre le succès de l’opération !

Autre forme de mobilité urbaine : la gyroroue, sorte de monocycle sans selle, électrique.
Gyroroue en action … un peu de pratique est nécessaire ! Crédit photo : Supinfo Rennes

A côté du VAE, fleurissent en ville de nombreux engins électriques. Skate électrique et autres gyroroues restent réservés à un public relativement sportif. Les trottinettes électriques, avec siège ou non, conviennent à un plus large public. Si l’image « bobo » colle encore un peu à ces petits véhicules électriques, ils s’inscrivent parfaitement dans l’intermodalité : ils se rangent facilement dans un tram, un bus et serviront à parcourir les petites distances restantes.

Ces nouvelles formes de mobilité ne remplaceront pas nécessairement la voiture individuelle pour tous types de trajets. En revanche, en complément de transports collectifs performants (horaires, conforts), elles dessinent peut-être la solution durable de demain.