Le bois : filières inexploitées et projets insolites

Le bois constitue une ressource d’avenir, que ce soit pour la transition énergétique ou pour la construction. Utilisé pour le chauffage, il est neutre en carbone puisque le CO² émis est celui capté par l’arbre durant sa croissance. Mieux encore, utilisé en construction, il stocke du carbone. De nombreuses sources restent à valoriser. De l’utilisation des haies de bords de routes ou des villes à « l’arbre à fourrage » pour les ruminants, en passant par la réutilisation du bois de déconstruction, tour d’horizon de ces ressources méconnues !

Des ressources à valoriser

Vue de plaquettes de bois en gros plan
Plus efficace que le compost, le BRF doit être épandu sur au moins 3 cm d’épaisseur

La forêt n’est pas le seul endroit où l’on trouve du bois … La taille des haies de bords de routes représente en effet une ressource encore trop peu valorisée. Le petit bois de talus, des haies peut être utilisé en BRF. L’interdiction des feux de déchets verts et des pesticides dans les communes ont intensifié l’usage de ce « paillage » au pied des plantations.

Un tracteur avec remorque et un tracteur avec broyeur : ce dernier évacue du broyat de bois dans la remorque
Convoi de fabrication de plaquette bois en bord de route

Les lisières de forêt, les plantations de bords de route, bref, tous les arbres de plus grande section peuvent être quant à eux valorisés en énergie. Par jour et par kilomètre, l’élagage produit 20 tonnes de plaquettes, soit la quantité moyenne nécessaire pour chauffer 4 foyers à l’année.

Construire avec le bois des villes …

Le bois des villes, issu de la taille des arbres ou des haies, est désormais bien valorisé : broyé sur place ou emporté en déchetterie où il est transformé en compost. La ville de Lorient innove depuis plusieurs années en utilisant les arbres de qualité, issus de chantier d’abattage, en bois d’œuvre. Les agents communaux ont été formés aux techniques de construction. Autonomes sur des petits chantiers (abribus, mobilier urbain), ils sont accompagnés par des charpentiers sur des chantiers plus importants.

Deux photos d'une ossature bois traditionnelle (type "colombage) avant remplissage entre les poutres
La crèche  » Salopette et pâte à sel » a été réalisée avec du bois de ville issu de chantier d’abattage : une formidable initiative pour favoriser l’usage de bois en circuit court

Dans le même esprit, un abribus a été réalisé à Vignoc en Ille-et-Vilaine. Le bois, issu d’une haie communale, a été façonné sur place, dans le cadre d’atelier pédagogique.

À gauche : charpentier en train de monter l'ossature d'un abribus sous le regard d'enfants. À droite : l'abribus terminé
À gauche : la construction, sous le regard attentif d’enfants des écoles. Le bâtiment reprend la forme de l’ancienne gare de tramway du XIXe siècle

Valoriser le bois d’œuvre est une pratique économiquement intéressante pour les communes : le tarif du bois de construction s’élève à 1500 €/m³ tandis que les plaquettes se négocient à 150 €/m³.

Des arbres pour les vaches …

Les arbres ont longtemps été utilisés comme fourrage pour les bêtes. Les branches étaient coupées et données, lors des périodes de sécheresse par exemple.

De gauche à droite : arbre têtard taillé, arbre tétard avec branche, prairie fleurie avec deux rangées d'arbres
Les trognes « traditionnelles » (à gauche, après la taille et au centre) servaient à de nombreux usages : chauffage, bois d’œuvre, fagots … À droite, expérimentation à l’INRA : les vaches viendront directement manger les branches, une fois les arbres recépés.
Deux chouettes blotties dans un trou d'un arbre creux
Chouette chevêche dans un arbre ceux

Les trognes, du fait de leur cavité, constituent de véritables refuges écologiques : martres, chouettes, amphibiens, insectes … la liste est longue des habitants de ces arbres particuliers … preuve qu’on peut concilier production et écologie !

Le réemploi

Le bois figure parmi les bons élèves des matériaux recyclés lors de la démolition des bâtiments (à 90 % selon l’ADEME). Toutefois, il est généralement broyé pour alimenter des chaufferies, l’industrie du papier, ou pour fabriquer des panneaux d’agglomérés. Or, réutiliser du bois de construction … dans la construction possède un meilleur bilan environnemental. Sa réutilisation ne nécessite en effet pas de transformation, consommatrice d’énergie … sans parler de voir partir de belles pièces de charpente en chaufferie comme une vulgaire palette !

De gauche à droite : vue extérieure du bâtiment, panneaux colorés, tuiles mécaniques anciennes, bois. Vue intérieure : grande baies vitrées, charpente bois, grande hauteur sous plafond. Vue de la façade extérieure sud, oblique
Preuve que réemploi et qualité architecturale sont compatibles : un bâtiment en bois issu de la déconstruction réalisée par la coopérative Bellastock
© Bellastock – Clément Guillaume 2018

Les haies, les arbres des ville, le bois de construction recyclé, constituent une ressource sous-estimée et sous-employée. Ces gisements méconnus ont toute leur place au côté du bois issu de forêts variées (feuillus, résineux …), gérées durablement et source de biodiversité.

Écologie au cimetière

Depuis le 1er janvier 2017, les communes n’ont plus le droit d’utiliser des produits chimiques. Les cimetières échappent à cette réglementation en bénéficiant d’une dérogation. Pourtant ces espaces peuvent devenir de véritables réservoirs à biodiversité, à condition de changer notre regard sur ces lieux de repos et nos pratiques funéraires. La France compte 40 000 cimetières représentant 20 000 hectares (deux fois la surface de Paris). Vue la superficie concernée, l’écologie au cimetière est donc loin d’être anecdotique …

Cimetières minéraux, cimetières paysagers

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est enluminure.jpeg.
Enluminure présentant un cimetière « paysager » au Moyen-âge. Missel à l’usage du Mans, XVe siècle

Les cimetières français n’ont pas toujours été des espaces désherbés et gravillonnés. Les recherches historiques montrent que depuis le Moyen-âges et jusqu’au XVIIIe siècle, plantes et arbres sont largement présents au cimetière. « L’if, et le buis lugubre, et le lierre stérile, et la ronce à l’entour, croissent de toutes parts » écrit le poète Fontanes en 1795. Ce n’est qu’au début du XXe siècle que le cimetière minéral et ses alignements de tombes de marbre va s’imposer.

Ailleurs dans le monde, les cimetières peuvent être très végétalisés. La présence, ou non, de plantes ne dépend pas des religions ou des rites funéraires : on trouve aussi bien des cimetières chrétiens paysagers (au États-Unis ou au Canada par exemple) que des cimetières chrétiens plus minéraux, comme en Europe de l’Ouest.

Écologie au cimetière à travers le monde : cimetière parc au Canada (tombes sous des arbres), cimetières envahies de fleurs et de plantes en Roumanie et à la Réunion
Arbres et plantes dans des cimetières à travers le monde : de gauche à droite, au Canada, à la Réunion, en Roumanie

La végétalisation des cimetières

Si la loi autorise encore les produits chimiques dans les cimetières, le basculement des communes vers le zéro pesticide a indéniablement changé la manière de traiter les cimetières. Allées laissées en herbe, végétalisation entre les tombes, plantations d’arbres, le cimetière minéral a vécu.

Écologie au cimetière en France : vues d'un même cimetière sans aucune herbe, sable au sol, puis le même cimetière avec arbres et prairie fleurie plantés dans l'allée
Cimetière de Durtal (Maine-et-Loire) ou comment passer d’un espace stérile à une lieu riche de biodiversité

Végétaliser ces espaces augmente significativement le nombre d’espèces animales présentes. En 2017, au cimetière de Loyasse à Lyon, la LPO a recensé 4 espèces de mammifères, 3 de reptiles et 31 d’oiseaux.

Hérisson se promenant entre les tombes d'un cimetière
Un hérisson entre des tombes : très efficace contre les limaces qui abîment les pierres tombales

Depuis, un plan d’action biodiversité a été mis en place : petites mares, nichoirs, fauche tardive ont fait exploser le nombre d’espèces présentes. Libellules, lérots, écureuils roux, fouines, mulots sylvestres, chauves-souris et de nombreuses espèces d’oiseaux ont recolonisé le cimetière !

Écologie … et économie au cimetière

A Niort, dans les Deux-Sèvre, la ville a décidé de placer l’écologie au cœur de son projet de cimetière. Ici, pas de tombe de granit importé de Chine, pas de caveau mais une inhumation en pleine-terre. La charte précise que les linceuls et les habits du défunt doivent être en matière naturelle. Le cercueil est soit en bois non traité, soit en matière recyclée, les vernis garantis sans solvant afin d’éviter toute contamination des sols.

Vue aérienne du cimetière écologique : tombes simplement entourées de planches de bois, plantées de végétaux, pelouse et arbres
Obsèques et concessions « en pleine terre » coûtent entre 1500 € et 2500 € contre 5000 € ou plus dans un cimetière classique

L’absence de granit, de pierre tombale, souvent en provenance de Chine, améliore également le bilan environnemental : autant de transport et de matière à recycler d’économisés.

Renardeau regardant l'objectif, tombe floue au premier et en arrière plan, lumière rasante
Renardeau entre des tombes dans un cimetière parisien

En passant de lieux minéraux et froids à des espaces riches en végétation, les cimetières ont leur rôle à jouer dans la préservation de l’environnement. La méthode d’inhumation, le choix du cercueil, l’absence de caveau, de pierre tombale réduisent également le bilan environnemental. Reposer dans un endroit vivant, accueillant pour les insectes, les oiseaux, les petits mammifères, n’est-ce pas une manière de prolonger la vie après sa mort ?

Chevaux de race Pottocks, en écopâturage dans un cimetière à Agen : une autre manière écologique de gérer les lieux de mémoire !

Jardins partagés et partage de jardin !

Le jardinage a le vent en poupe : depuis une dizaine d’années, le nombre de jardins potagers a considérablement augmenté et les jardins partagés fleurissent un peu partout. Pour ceux qui ne possèdent pas de terrain, de nombreuses solutions existent. Du renouveau des jardins ouvriers jusqu’aux « grainothèques » partagées, petit tour des solutions pour jardiner malin et solidaire !

Lire la suite…

Habitat participatif à Guérande

En 2013, l’association guérandaise An Ti Nevez démarre un travail sur l’habitat en Presqu’île. Partant du constat que certaines familles peinent à se loger, du fait du prix des terrains et de la spéculation immobilière, l’association lance des conférences, des forums pour imaginer d’autres manières d’habiter. L’idée d’un habitat participatif émerge progressivement, idée confortée par la mairie qui réserve un terrain pour ce projet, sur le futur écoquartier de la Maison Neuve.

Lire la suite…

Agriculture urbaine, l’exemple de Détroit

Fleuron de l’industrie automobile américaine au début du XXe siècle, Détroit décline à partir des années 50. La ville perd plus de la moitié de sa population entre 1960 et 2010. Détroit comptait 1,8 millions d’habitants en 1960 et moins de 700 000 en 2016. Chômage et pauvreté explosent durant ces décennies. Face à cette crise les habitants multiplient les expérimentations d’agriculture urbaine.

Lire la suite…

Éco-pâturage : chiffres clefs

Vue d'un enclos circulaire en pierres, montées à sec, avec couronnement en pierres posées verticalement. Rarement utilisé en éco-pâturage !
Enclos monté en « pierres sèches » : il s’agit d’un des plus vieux type d’enclos pour animaux

Des huttes en bois, des outils en pierre, la poterie n’a pas encore été inventée et déjà des enclos avec des moutons … Au Moyen-Orient, 10 000 ans avant notre ère, les hommes préhistoriques, sédentaires depuis peu, domestiquent pour la première fois des animaux et commencent par le mouton. L’éco-pâturage s’inscrit dans cette histoire pluri-millénaire où paysages et animaux sont intimement liés.

Lire la suite…

Transports, bouchons et idées reçues …

Vue d'une rue de Paris avec problème de transports
Embouteillage de charrettes et voitures à Paris, début du XXe s

Au XVIIe siècle déjà, le poète Boileau dénonçait les conditions de circulation à Paris, preuve que les difficultés de transports datent quelque peu … Les bouchons sont source de nuisances considérables. Stress et temps perdu pour les usagers, impact sur la qualité de l’air, importantes quantités d’énergie perdues …

Lire la suite…

Les poules gèrent les poubelles …

Les déchets de cuisine pouvant être compostés représentent 30 % du volume de nos poubelles … mais 40 à 60 % de leur poids : les épluchures contiennent de l’eau et c’est lourd ! Autant de matières à transporter, à gérer, qui généreront des pollutions tout au long de la filière : carburant pour le transport, infrastructures de gestion (centre d’incinération ou centre d’enfouissement …). Et qui coûte cher aux collectivités locales, c’est à dire à nous ! Rappelons qu’entre un tri efficace et un compost, la poubelle domestique peut être diminuée de 80 % ! Mais le compostage n’est pas l’unique solution à la gestion des produits fermentescibles : les poules ont aussi leur rôle à jouer !Lire la suite…

un jardin vivant et accueillant

La biodiversité dans le monde est gravement menacée. A titre d’exemple, entre 1989 et 2016, 76 % des insectes volants ont disparu en Allemagne. En France, après l’arrêt des pesticides pour les collectivités locales, l’interdiction s’étend aux particuliers. Depuis le 1er janvier, il est interdit d’utiliser des produits chimiques au jardin. Ces mesures contribuent à la préservation de la biodiversité et quelques recettes simples favorisent le retour de nombreux insectes et petits mammifères …Lire la suite…